Catégorie

Archive pour la catégorie « Sagesse »

CLAUDE LÉVI-STRAUSS « CENTENAIRE AUJOURD’HUI … « 

upl8585photocolloquelevistrauss.jpg

Une petite pensée pour un Grand Homme, Claude Levi Strauss né le 28 novembre 1908 à Bruxelles, Professeur honoraire au Collège de France et membre de l’Académie française, qui compte parmi les fondateurs de la pensée structuraliste.

Ethnologue,  anthropologue et même philosophe,  il entre dans La Pléiade pour être publié de son vivant. Mais qui est cet être qui se dit « sans identité » mais pourtant consacre toute son existence à décrypter celle des peuples les plus retirés du monde moderne à travers les mythes.

C’est ainsi que Claude Lévi-Strauss, auteur d’une des plus grandes œuvres de la pensée française du vingtième siècle devient lui même le mythe, tant il  sait étonner par un flair exceptionnel en ethnologie et pour le comprendre il faut lire ses oeuvres, le parcourir pour vivre avec lui ses démonstrations les plus rationnelles et riches. 

Médaillé d’or du CNRS en 1967, il fête aujourd’hui la centième année de sa venue au monde qui marque ainsi l’ethnologie et l’anthropologie d’une trace indélébile et mais aussi les plus féconds travaux en sciences humaines…

Son histoire  est et demeure un rayonnement éclatant qui n’aura d’équivalent dans la pensée actuelle, d’ailleurs il évoque lui-même ce monde actuel qui l’inquiète, le verra partir mais qu’il n’aime pas… Quel amateur en « ethnologie » ne le comprendrait pas, et quelle politique pourrait s’inspirer de cette sombre pensée pour améliorer la condition humaine ?

Image de prévisualisation YouTube

Image de prévisualisation YouTube

Envoyé par wernerbh

Sources Wikipédia

Alors, joyeux anniversaire Monsieur Lévi Strauss, un homme « Grand », tant par son « Nom que par son Ame »…

Milla



BOB DYLAN « I WANT YOU »

Grrrr… pour évacuer tout ce côté obscur lié à la « crisis », une petite bouffée d’oxyène avec Bob Dylan,  né Robert Allen Zimmermann,   le 24 mai 1941 dans le Minnesota… Etonnant cette capacité de véhiculer  des mots percutants, et  de   les faire jaillir en cascade  !  quand à son petit accent,    »trognon »… !!

Et n’est pas Dylan qui veut car Dylan, c’est le petit bonhomme à « l’harmonicas », l’air nature et « délavé », mais encore  »une des plus grandes pointures » de rock, folk, country, blues et jazz dont les œuvres demeurent une source inépuisables pour des musiciens de tous les horizons  de toutes les générations.

Hormis sa carrière en perpétuelle évolution,  Bob Dylan est un être profondément engagé qui  rejoindra  la Marche sur Washington en  août 1963, aux coté de  Joan Baez, Mahalia Jackson et bien d’autres grandes vedettes encore, où plus de 200 000 pacifistes se rassemblent pour dénoncer l’inégalité des droits civiques que subit la population noire. 

Martin Luther King après  son célèbre discours « I have a dream » sera d’autant une énorme source d’inspiration pour « l’Icône » qui  interprètera « Only A Pawn In Their Game ». Que dire de plus ? si ce n’est que de Bob Dylan  a fété ses trente années de carrière en 2007, preuve que son succès perdure et le juste retour des choses serait de lui consacrer quelques secondes de notre temps pour ré écouter ses formidables succès !

Image de prévisualisation YouTube

Milla



Orchestral Manoeuvres in the Dark / « Electricity »

« Les garçons britanniques » dont le plus célèbre titre avait  fait le tour du monde  « Enola Gay » dans les années 1980 …. « Orchestral Manoeuvres in the Dark »  ou « OMD » est l’un des premiers groupes à nous faire découvrir les premiers « sons pops électroniques », des mélodies ou des balades mélancoliques sur un rythme cependant  « dandinant» auquel aucun « fan de » n’a su échapper pour marquer son appartenance à la  New Wave, rappelez-vous les Booms emoticone

Avec « Electricity », OMD aborde un sujet assez sensible mais surtout d’actualité puisqu’il est question du nucléaire et des nouvelles sources d’énergie. Le groupe suggère à   »l’homme » de trouver une alternative pour sa propre conservation et celle de la planète, cela va de soi, il lui faut se protéger avant qu’il ne soit trop tard et enfin basculer dans « l’énergie solaire … »

Il y a une vingtaine d’années, les paroles d’« Enola Gay » suscitaient déjà  une bien vive émotion, normal quand on pense à l’acte de  Trumann d’autant qu’il  succède immédiatement après la période la plus noire du XXeme siècle, et dans ce  titre « Electricity » sorti en 1979, OMD  mettait aussi l’homme en garde contre lui-même et contre sa propre destruction… !

« La seule alternative est le bleu éclectrique, c’est le soleil dans le ciel bleuté ! », visionnaires les « Gars » non ?

http://www.dailymotion.com/video/k3dEXZXYrzJmzlN7V

Envoyé par cladstrife

Milla



MANU CHAO – ME GUSTAS TU / ME LLAMAN CALLE

Gros plan sur Jose-Manuel Thomas Arthur Chao le 21 juin 1961 à Paris, « Manu Chao » emblème  du rock français des années 80, depuis la  Mano Negra à sa carrière internationale solo en passant par la multitude d’artistes qui l’accompagne dans sa discographie, dont Idir, Amadou et Mariam, Tiken Jah Fakoly, Noir Désir, Mouss & Hakim de Zebda, et la liste est non exhaustive…

Manu Chao, le « citoyen du monde », est l’artiste français qui vend le plus de disques dans le monde, et fort de son retour, il a concrétisé son dernier projet vraiment hors du commun où même  un peu « fou », enregistrer un disque en Argentine avec les pensionnaires d’un hôpital psychiatrique, la Colifata, dont l’album verra le jour en fin d’année. Inutile de préciser que tous les fonds récoltés seront reversés dans leur intégralité à l’hôpital psychiatrique, tout un programme pour cet homme qui mérite vraiment une petite visite sur son site ici

Et puis, parce que sensible à tous les phénomènes de société,  « ME LLAMAN CALLE » à écouter absoluement cette belle chanson sur un jeu de guitare teintée de mélodie dont les paroles évoquent la souffance, une « ballade » dédiée aux femmes de la rue, les prostituées d’Argentine mais aussi d’Espagne, le pays d’origine de son père journaliste et écrivain.

http://www.dailymotion.com/video/x31sl2

Envoyé par manuchao

« On m’appelle la rue, en marchant sur les pavés, la turbulente et si perdue.
Ils m’appellent la rue,  La rue de nuit,  La rue de jour …
On m’appelle la rue,  Aujourd’hui fatiguée, Aujourd’hui si vide
Comme une petite machine dans la grande cité »...
Suite

Me llaman calle, pisando baldosa
La revoltosa y tan perdida
Me llaman calle, calle de noche, calle de día
Me llaman calle, hoy tan cansada, hoy tan vacía
Como maquinita por la gran ciudad…

Me llaman calle, me subo a tu coche
Me llaman calle de malegría, calle dolida
Calle cansada de tanto amar …

Me llaman calle, de esquina a esquina
Me llaman calle bala perdida, así me disparó la vida
Me llaman calle del desengaño, calle fracaso, calle perdida
Me llaman calle la sin futuro
Me llaman calle la sin salida…

Milla



12