STEVE WINWOOD « WHILE YOU SEE A CHANCE »

Posté par Mylène KHELID le 16 janvier 2008

Stephen Laurence  alias  Steve Winwood né le 12 mai 1948 a Birmingham  est un organiste et guitatriste hors pairs qu’on retrouve derrière de  grands noms du blues comme  John Lee Hooker, B. B. King, Eddie Boyd, Otis Spann et même Chuck Berry… sans omettre « les légendes » Jimi Hendrix , Lou Reed, Mariane Faithfull avec qui il enregistre et d’autres « Icones » comme Al Dimeola et Klaus Schulze qu’il accompagne dans leurs  tournées .

Brillant  instrumentaliste, Steve Winwood poursuivra une carrière plutôt commerciale  en tant que chanteur à la discographie très étoffée, un contenu riche en titres  dont celui-ci que j’ai beaucoup apprécié à l’aube des années 80   « While your see a chance you take it », des mots sans doute dédiés à ceux  n’osent pas emoticone, inutile de traduire n’est ce pas ? emoticone 

http://www.dailymotion.com/video/x1vz70

Milla

Publié dans Musique | 1 Commentaire »

BORIS VIAN « LA COMPLAINTE DU PROGRES »

Posté par Mylène KHELID le 11 janvier 2008

Vernon Sullivan ou Bison Ravi, Baron Visi ou Brisavion de son vrai nom Boris Vian, 10 mars 1920/23 juin 1959, Boris Vian le poète, le parolier, le chanteur et au-delà de ces multiple talents s’ajoutent ceux de  critique et musicien de jazz  trompettiste.  Parmi  ses grandes œuvres,  l’« Herbe Rouge », un roman totalement  surréaliste, puis du célèbre « J’irai cracher sur vos tombes »  à « L’arache cœur », un contenu sans doute  plus appréciable où l’ humour se mêle à la poésie dans l’amour absurde d’une mère qui bascule dans l’obssession, la mère c’est  Clémentine  et elle pousse à l’éxcès  le trop plein d’amour pour ses triplés que Boris Vian qualifie de « trumeaux », Noel,  Joel et citroen… Clin doeil à lire absoluement hum…

Hormis ses oeuvres littéraires très enrichissantes,  la discographie de Boris Vian compte une multitudes de grands titres très symboliques pour ne pas dire engagés, dont « La java des bombes atomiques », « Je bois » et l’inoubliable «Lettre au Président» (pour double Yu !!) hum … Surprise

Et puis cette « complainte du progrès », la critique à l’état pur mais non moins pleine d’humour de « l’amour quantifié », celui  des temps modernes biensûre où la  vision très réaliste des rapports interpersonnels  le projetait déjà dans le second millénaire, l’ère du matérialisme et ses conséquences sur le quotidien des  couples, n’avait -il pas ses raisons de s’en inquiéter et le chanter ?

Le constat ? «un baiser vaut bien  un frigo et inversement»!emoticone 

http://www.dailymotion.com/video/xrmbz

Image de prévisualisation YouTube

Milla

Publié dans Histoire | 2 Commentaires »

1...910111213
 

Les petits chevaux de Tarqu... |
_*MoN DeLiRe A mWa !!!*_ |
cookiemonchien |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | Berger y-es-tu ?
| FRANCK51100
| Arkan et Baia "Braques de W...