SALIF KEITA-CESARIA EVORA … YOMORE / M’BIFE…

Posté le Samedi 7 juin 2008

Toujours en quête des plus belles voix, les voix d’or biensure, Salif Keita que j’ai déjà eu l’occasion de présenter dans sa superbe chanson « Seydou », Salif, le prince malien revient ici avec Césaria Evora, la capverdienne et « déesse aux pieds nus » à qui l’on doit déjà ce succès hors du commun que fut « Sodade »…

http://www.dailymotion.com/video/x1933o

Aussi, Trognon l’amour en noir et blanc de Salif Keïta, sa  légèreté, la grâce dans ces mains tendues au monde de l’albinos d’Ouul’ Djoliba, prince héritier de l’empire du Mali qui poursuit son petit bonhomme de chemin, avec le seul pouvoir qu’on lui connaît, chanter « l’amour » … « M’BIFE »  chante t-il haut et fort, preuve que  si nos différences linguistiques nous séparent, le sentiment « d’amour » lui reste universel…

http://www.dailymotion.com/video/x2p3ov

Alors, à la question « que serait-on sans « musique  » et tout ce que véhicule la chanson, Nono répondait « 7 notes, pas plus, utilisées en totalité ou en partie, qui arrivent à exprimer et/ou traduire l’universelle musique. Du nord au sud, de l’est à l’ouest, tout autour de la terre, toute l’humanité s’en sert pour exprimer ses sentiments d’amour et ses cris de révolte, ses joies et ses peines. Peu importe la langue ou les paroles, ces 7 notes célestes arrivent toujours à nous faire vibrer, à trouver écho dans notre ressentis heureux ou mélancolique, à résonner, quelque fois, longtemps après s’être tues ! On se demande, parfois, pourquoi les mots n’avaient pas pu rester au stade de « ma », « ul », « uh » ou « pa » et « ba »… ?? Un pont universel et magique que toute l’humanité aurait traversé en complète compréhension… comme elle le fait avec la musique. Non ! Les mots s’étaient tellement diversifiés jusqu’à donner des milliers des langues aussi lointaines les unes des autres jusqu’à devenir des murs, souvent infranchissables…sauf, sauf par ces 7 notes magiques. « L’Albinos » et « la Déesse aux pieds nus », quel superbe choix ! Je m’en suis délecté ! »

Difficile dire je t’aime ? pourquoi pas essayer en Bangali où même en Sawalihi ! emoticone

AFRIKAANS ek het jou lief / ek is lief vir jou ; ALBANAIS të dua ; ALLEMAND ich liebe Dich ; ALSACIEN ich hab die lieb ; ANGLAIS I love you ; ARABE LITTÉRAIRE ouhibbouka (pour lui) / ouhibbouki (pour elle) ; ARMÉNIEN yes kez siroumem ; ASTURIEN quiérote ; ATTIÉ min bou la yé ; AZERI men seni sevirem ; BAMBARA né bi fè ; BAS-ALLEMAND ik heef di leev ; BAS-SAXON ik hou van ju ; BASQUE maite zaitut ; BAOULE mi klôa ; BENGALI aami tomakey bhalo basi ; BERBÈRE righ kem ; BIÉLORUSSE Кахаю цябе (kahaju ciabie) ; BIRMAN nga nin ko chit te ; BOBO ma kia bé nà ; BOSNIAQUE volim te ; BRETON karout a ran ac’hanout / da garout a ran / me az kar ; BULGARE обичам те ; BUSHI-NENGÉ TONGO mi lobi you ; CATALAN t’estimo ; CH’TI j’t'aquiers ; CHAMORRO hu guiya hao CHEYENNE ne’mehotatse ; CHINOIS wo ai ni ; CORÉEN saranghe ; CORSE amu tè / ti tengu caru ; CRÉOLE ANTILLAIS mwen enmen ; CROATE volim te ; DANOIS jeg elsker dig : DIOULA mi fê : ESPAGNOL te amo / te quiero ; ESPÉRANTO mi amas vin ; ESTONIEN ma armastan sind ; FINNOIS minä rakastan sinua ; FLAMAND OCCIDENTAL ‘k zien je geeren ; FRANCIQUE LORRAIN ich lìwe dich ; FRANCIQUE RHÉNAN ich honn dich gäer ; FRIOULAN o ti vuei ben ; FRISON ik hâld fan dy GAÉLIQUE D’ÉCOSSE tha gaol agam ort / tha gaol agam oirbh ; GAÉLIQUE D’IRLANDE tá grá agam duit ; GALICIEN amo-te / ámote / quero-te / quérote ; GALLOIS rydw i’n dy garu di ; GÉORGIEN me shen mikvarkhar ; GREC s’agapo ; GUARANÍ rojhayhû ; GUJARATI hun tane prem karun chhun ; HAWAÏEN aloha wau iā ‘oe ; HÉBREU ani ohev otakh (pour elle) ani ohevet otkha (pour lui) ; HINDI main tumse pyar karta hoo ; HMONG kuv hlub koj ; HONGROIS szeretlek ; INDONÉSIEN saya cinta padamu / saya cinta kamu ; ISLANDAIS ég elska þig ; ITALIEN ti amo ; JAPONAIS aishitemasu / aishiteru (peu utilisé) anata ga daisuki desu (plus « mignon ») ; KABYLE hamlagh-kem (pour elle) hamlaghk (pour lui) ; KANNADA naanu ninnanna pritisutteney KHMER bang srolaïgn ôn (pour elle) ôn srolaïgn bang (pour lui) ; KINYARWANDA ndagukunda ; KURDE ez te hez dikim ; LANGUEDOCIEN (OCCITAN) t’aimi LAO khoi hak tchao lai ; LATIN te amo ; LETTON es tevi mīlu ; LIBANAIS b’hibik (pour elle) b’hibak (pour lui) ; LIGURE mi te amu ; LINGALA na lingi yo LITUANIEN aš tave myliu ; LUXEMBOURGEOIS ech hunn dech gär ; MACÉDONIEN te sakam ; MALAIS aku cinta padamu ; MALAYALAM enikku ninné ishtamaanu ; MALGACHE tiako ianao / tia anao aho (plus fort) ; MALTAIS inħobbok ; MANXOIS ta graih aym ort ; MAORI kei te aroha au i a koe ; MARQUISIEN hinenao au ia oe ; MONGOL Би чамд хайртай (bi chamd khairtai) ; MORÉ mam nong-a fo ; NAPOLITAIN t’ammo ; NDEBELE niya ku tanda ; NÉERLANDAIS ik hou van jou ; NEPALI ma timilai prem garchhu ; NORVÉGIEN jeg elsker deg ; OCCITAN t’aimi ; OURDOU mein tumse mohabbat karta hoon (pour elle) mein tumse mohabbat karti hoon (pour lui) mujhe tum se pyar heh ; OUZBEK men seni sevaman ; PAPIAMENTO mi ta stima bo ; PERSAN duset dâram ; PICARD ej t’a kèr ; POLONAIS kocham cię ; PORTUGAIS amo-te / eu te amo (portugais brésilien) ; PROVENÇAL t’aimi ; PUNJABI mein tenu pyar karda han (pour elle) mein tenu pyar kardi han (pour lui) ; QUECHUA de CUZCO munakuyki ; RAPA NUI hanga rahi au kia koe ; ROMANI kamaù tut ; ROUMAIN te iubesc ; RUSSE Я тебя люблю (ia tibia lioubliou) ; SAMOAN ou te alofa ia te oe ; SANGO mbi yé mô ; SARDE deo t’amo (logudorois) / deu t’amu (campidanois) ; SAVOYARD jhe t’âmo ; SERBE volim te ; SESOTHO ke ya ho rata ; SHIMAORE ni su hu vendza ; SHONA ndinokuda ; SINDHI moon khay tu saan piyar aahay ; SINHALA mama oyata aadareyi ; SIOUX wastewalake ; SLOVAQUE ľúbim ťa / milujem ťa ; SLOVÈNE ljubim te / rad te imam (pour elle) / rada te imam (pour lui) ; SOBOTA volim te (courant) ; SOMALI waan ku jecelahay ; SONINKÉ na moula ; SOUSSOU ira fan ma ; SUÉDOIS jag älskar dig ; SWAHILI nakupenda ; TAGALOG mahal kita ; TAHITIEN ua here vau ia oe ; TAJIKI jigarata bihrum duhtari hola (pour elle) tra lav dorum (pour lui) ; TAMOUL naan unnai kaadhalikkarn ; TATAR min sine yaratam ; TCHÈQUE miluji tě ; TELUGU nenu ninnu premisthunnanu ; THAI ผมรักคุณ (phom rak khun) -(pour elle) ฉันรักคุณ (chan rak khun) – (pour lui) ; TIBÉTAIN na kirinla gaguidou ; TURC seni seviyorum ; TURKMÈNE seni söýärin ; UDMURT mon tone jaratiśko ; UKRAINIEN Я тебе кохаю (ia tebe kohaiu) ; VÉNÈTE t’amo ; VIETNAMIEN anh yêu em (pour elle) em yêu anh (pour lui) ; WALLON dji vs voe voltî ; WOLOF nob nala ; XHOSA ndiyakuthanda ; YIDDISH ich hob dir lib ; YORUBA moni ife e ; ZULU ngiyakuthanda…

Avec mes plus vives pensées pour  Malaïka … 

Merci… Babel !!!  emoticone

Milla

Mylène @ 18:41
Enregistré dans amour, Musique
QUATERFLASH – HARDEN MY HEART

Posté le Vendredi 6 juin 2008

« Harden my heart »,  le titre culte des années 80 de « Quarterflash », le  groupe rock américain de Portland dans l’Oregon qui a vu le jour fin des années 70 grâce à Cindy et Marvin Ross,  étonnante Cindy Ross  à la voix qui transporte et à qui on doit aussi ce superbe morceau de saxophone.

Quarterflash,  dont la musique est fortement  influencée par Fleetwood Mac, enregistre son premier album éponyme en 1981 qui connaît un succès infini aux Etats-Unis, en Europe et plus particulièrement en Angleterre, ainsi, le groupe connut son heure de gloire entre 1980 et 1985.

On retrouve donc sans plus tarder ce magnifique morceau qui, à l’époque tournait en boucle sur les ondes internationales, comment l’oublier ?

http://www.dailymotion.com/video/x32tj8

Envoyé par pierrot77

Milla

Mylène @ 20:37
Enregistré dans Musique
JOAQUIN RODRIGO « CONCIERTO DE ARANJUEZ »

Posté le Vendredi 30 mai 2008

Joaquin Rodrigo, né le 22 novembre 1901 à Sagunto mort le 6 juillet 1999 à Madrid mais devenu aveugle à l’âge trois ans, s’inspira « d’ARANJUEZ », une petite ville d’Espagne située entre Madrid et Tolède, pour faire naitre en 1939, le sublime « Concerto d’Aranjuez » en pensant à son épouse, la pianiste Victoria Kamhi alors gravement malade, d’où les accords du début de ce concerto très émouvant qui évoquent les battements de son coeur.

On aperçoit ici le « Grand Compositeur » peu de temps avant sa mort, en compagnie de sa bien aimée, tous deux glissant sur une barque le long des canaux de la « Ciudad Real » d’AJANRUEZ au sud de Madrid.

Un amour fou et tendre jusqu’à la mort tel que Philémon et Baucis l’avaient rêvé infini dans l’au delà…

http://www.dailymotion.com/video/xoepk

Envoyé par richardanthony

Milla

Mylène @ 20:00
Enregistré dans amour, Grand Classique, Musique, Sagesse
OTIS REDDING – SITTING ON THE DOCK

Posté le Mardi 13 mai 2008

Une petite ballade « Soul » avec l’inoubliable Otis Redding né le 9 septembre 1941 à Dawson en Géorgie, qui vivra une évolution constante dans une vie aux débuts si éphémères, mais des expériences enrichissantes qui le propulseront d’abord dans une carrière de Maire de Macon, la ville où il grandit, puis dans des œuvres très denses qu’il laisse à 26 ans, une courte vie qui s’achève le 10 décembre 1967, lors d’un aller sans retour en avion qui le fera périr…

Un accident bête mais, restent les souvenirs d’Otis qui demeure un des chanteurs  phares de l’Amérique des sixties et seventies principalement influencé par le guitariste blanc survolté connu pour son fameux jeu de guitare à l’envers, le célèbre Johnny Jenkins qui marquera une des étapes les plus importantes de l’existence d’Otis à qui il propose de rejoindre son groupe, « The Pinetoppers ».

Le secret d’Otis ? Le « trémolo de sa voix » où des ballades romancées dont ces quelques succès très symboliques comme  « These Arms of Mine » ou encore « That’s what my heart needs » jusqu’au langoureux « I’ve been loving you » et biensure ce succès international «Sitting on the dock» beau à pleurer, quoique… en vrai… autant de titres qui séduisent tous les amoureux transis de « Soul Music»…

http://www.dailymotion.com/video/x18ft5

Envoyé par peter95000

Milla

Mylène @ 20:15
Enregistré dans amour, Musique
1...1112131415...21